Selecciona una palabra y presiona la tecla d para obtener su definición.
 

11

José Luis Pinillos, «Las ciencias humanas. Las ciencias sociales»; en Historia de España, Menéndez Pidal, XXXVI, La época de la Restauración (1875-1902), pp. 201-222.

 

12

Il s'agit de la belle thèse d'Aurélie Pirat, La Voz de la Caridad ou la libre expression d'une intellectuelle. Concepción Arenal (1820-1893), t. I, Thèse Nouveau Régime, 2006. A. Pirat cite un ouvrage de Rafael Salillas, Inspiradores de Doña Concepción Arenal dans lequel il se pose, aux côtés de Pedro Dorado Montera et Constancio Bernaldo de Quirós, en pionniers et historiens de la réforme pénitentiaire en Espagne: «De un modo definitivo se incorpora doña Concepción Arenal al movimiento renovador de nuestras tendencias nacionales en pro de la reforma penitenciaria, siguiendo el cauce de las enseñanzas correccionalistas de los discípulos y simpatizadores del krausismo [...] Primeramente Romero Girón en 1864 [...], después Francisco Giner de los Ríos, en 1872, con la traducción de la obra del mismo Roeder, Las doctrinas fundamentales sobre el delito y la pena; después, en 1874, don Luis Silvela con su obra El derecho penal estudiado en principios, y seguidamente las nuevas traducciones de Roeder hechas por Romero Girón, con la parte original suya o parte expositiva» (Op. cit., pp. 83-85).

 

13

Simone Saillard, dans un article éclairant sur la littérature médicale en Espagne dans les années 80, attire l'attention sur la présence de Giné y Partagás dans les débats de l'époque sur la folie et le crime. Il connaissait certainement les oeuvres d'Etienne Esquirol (1722-1840), de l'aliéniste anglais Maudsley qui est l'auteur, entre autres ouvrages, de Crime et folie (1874). L'aliéniste catalan est d'ailleurs l'auteur d'un roman intitulé Misterios de la locura, dont il s'empresse de préciser qu'il s'agit «de una novela científica con el final objeto de sustraer a los rigores de la didáctica y a los desabrimientos del tecnicismo la noción verdadera de enfermedad mental» cité par Simone Saillard dans «La littérature médicale dans l'Espagne des années 80: écrivains, éditeurs, traducteurs et lecteurs», pp. 60-61.

 

14

Michel Foucault en évoquant les perceptions nouvelles de la folie qui se manifestent au cours du XIXe siècle note que celle-ci, après avoir été proche de l'histoire par sa nature et dans tout ce qui l'oppose à la nature, bascule ensuite dans «une conception à la fois sociale et morale par laquelle elle s'est trouvée entièrement trahie. La folie ne sera plus perçue comme la contrepartie de l'histoire, mais comme l'envers de la société» (Op. cit., p. 474).

 

15

Constancio Bernaldo de Quirós, La mala vida en Madrid. Estudio psico-sociológico con dibujos y fotograbados del natural, Madrid, Asociación de Libreros de Lance de Madrid, 1901, p. 178.

 

16

Bernaldo de Quirós reprend cette idée également exprimée par Pedro Dorado Montero: «El estudio de la criminalidad, en uno y otro medio» (Op. cit., p. 112).

 

17

Il s'agit de l'ouvrage La criminalidad en Barcelona y en las grandes poblaciones, publié à Barcelone dans les années 1880. Manuel Gil Maestre, avocat et écrivain, a été longtemps gouverneur civil de la Ville de Barcelone. Il est l'auteur de Los malhechores en Madrid (1890), Apuntes sobre la vida de las clases trabajadoras (1886).

 

18

Yvan Lissorgues cite à plusieurs reprises dans Clarín político (2004) les prises de position de Leopoldo Alas Clarín concernant la situation de la femme au XIXe siècle.

 

19

Les textes qui nous ont servi de référence sont contenus dans El Código civil español. Recopilación metódica de las disposiciones vigentes, anotadas con arreglo a la jurisprudencia del Tribunal Supremo de Justicia, Valladolid, 1872. Dans le prologue de ce Code sont mentionnées les lois dérogées et les nouvelles lois. Les modifications apportées sont contenues dans le chapitre 10. Certaines modifications introduites après la révolution de 1868, les dispositions concernant la famille, ne modifient qu'imperceptiblement le statut légal de la femme.

 

20

Concepción Arenal résume avec une grande lucidité le partage dogmatique des fonctions et des capacités entre les deux sexes: «En el mundo de los afectos, la mujer tiene ya personalidad, nadie le niega su competencia y su derecho. Tal es la situación de la mujer: abiertos todos los caminos del sentimiento, cerrados todos los de la inteligencia» (Arenal, 1895: 65).